Son 3D – Perception de l’espace

Vous vous souvenez de ce billet : Sound Immersion. Je vous parlais d’un son 3D, mais après discussion avec un ami, je vais vous apporter les termes exacts sur comment notre cerveau perçoit l’espace.
Trois critères sont à prendre en compte. Et c’est avec l’association de ces trois points que l’on peut sortir un tel son.

Critères binauraux

Les critères binauraux regroupent tous les indices qui impliquent les deux oreilles pour nous donner des indices sur la position dans l’espace de la (des) source(s) sonore(s) :

  • Différence d’intensité entre les deux oreilles, c’est le critère utilisé par la stéréophonie en HIFI pour restituer une impression d’espace,
  • Dé-synchronisation ou déphasage des signaux parvenant aux deux oreilles : les distances que le son parcourt entre la source et les deux oreilles sont différentes. Une impulsion générée à ma droite arrive donc d’abord sur mon oreille droite puis sur mon oreille gauche. Pour les sons stables et périodiques, cela induit un déphasage entre la voix gauche et la voix droite.

Critères monauraux

Les circonvolutions du pavillon de l’oreille entraînent des atténuations différentes pour les ondes sonores en fonction de leur direction de provenance. Notre cerveau a une connaissance intuitive de cet effet de directivité, et est capable d’en extraire des indications sur la direction des sons.

En première approximation, l’intensité d’un son nous donne une indication sur sa proximité. En effet, plus la source sonore est éloignée, moins elle est forte. Toutefois, dans le cas des enregistrements audio, les niveaux d’écoute sont relatifs, et sont donc insuffisants pour nous donner une indication d’espace ; pourtant nous sommes capables de percevoir un effet de présence. L’effet de salle nous donne donc des indications simultanément sur la salle et la position de la source. En général, on distingue successivement dans une salle :

  • Le son direct,
  • Les premiers échos,
  • Les réflexions tardives.

Les durées et les amplitudes respectives de toutes ces phases sont des critères qui nous aident à juger de la proximité (ou de l’éloignement) de la source sonore.

Critères de mouvement

Le mouvement d’une source sonore (ou du récepteur) entraîne une signature acoustique très caractéristique : l’effet Doppler. Si la source et le récepteur se rapprochent l’un de l’autre, les sons se décalent vers les aigus. Si ils s’éloignent, les sons se décalent vers les graves. C’est le même effet, appliqué aux ondes lumineuses, qui nous permet de mesurer les vitesses d’éloignement des astres par rapport à la Terre.

Par Tassart Stéphan – IRCAM – Décembre 1997

Et voici un exemple plus complet que celui initialement proposé :
Ecoute au casque obligatoire

1 commentaire

  1. Euh… comment dire.. c’est exactement ce que je t’ai dit vendredi dernier ! Je pense que tu as bien restitué mon explication : toutes mes fécilitations !
    lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *